Rhizome, chapitre II : 

« Le goût » avec Ratey et Stoil

Le parcours de Ratey chef cuisinier et Stoil restaurateurs sont pleins de rebondissements. C’est par hasard qu’ils sont arrivés au métier de bouche, qu’ils adorent aujourd’hui.

Le premier 22 ans est d’origine cambodgienne arrivé à l’adolescence en France, il a dû redoubler d’effort pour apprendre le français. Le second d’origine bulgare de 65 ans a monté son propre restaurant avec sa femme française qu’il a rejoint il y a plusieurs années. Après moults expériences professionnelles dans le tourisme, l’art, le sport, la débrouille dans son pays autrefois communiste, il devient restaurateur après avoir été entraîneur sportif à son arrivée en France.

Leur regard nous distille des perceptions de la gastronomie française et de l’art culinaire à l’opposé total de la conception de cuisine dans leur pays d’origine : dans la simplicité de la cuisine traditionnelle et familiale, la nourriture est un moyen de subsister.

Il nous explique que la restauration en France est aussi un métier de rencontre et de diversité, où tout un chacun peut trouver sa place facilement…

Musiques et extraits

  • « Bulgarski Einicheski Melodii » (Bulgarian ethnic melodies) interprété par Le mystère des voix bulgares, extrait de l’album « Ritual »
  • « Pralkol Sene Eoui Oun Venh » de Houy Meas extrait de l’album Groove Club volume 2 : cambodian rock spectacular
  • Extrait du film d’animation Ratatouille

Pour aller plus loin

– Les travailleurs immigrés travaillent principalement dans le secteur industriel mais aussi tertiaire en restauration-hotellerie, service aux entreprises et à la personne.

https://www.histoire-immigration.fr/questions-contemporaines/economie-et-immigration/dans-quels-secteurs-economiques-sont-employes-les

– Quand la restauration souhaite embaucher plus de migrants :

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/restauration-hotellerie-sports-loisirs/emploi-de-migrants-dans-la-restauration-nous-avons-besoin-de-personnel-que-nous-n-avons-pas-en-france_2884807.html

https://www.la-croix.com/Economie/Economie-solidaire/A-Grenoble-cest-Babel-cuisine-2018-09-28-1200972218