Rhizome chapitre VII

Imaginez-vous faire vos études à l’étranger et décider d’y rester, devenir bilingue et être corrigé sans cesse quand vous parlez…

Vinicius et Maria Belon vivent cela. Ils viennent tous deux d’Amérique latine et vivent en France. Le brésilien venu de Curitiba a fait une année d’échange en France et décide de revenir pour travailler comme ingénieur. Quant à la doctorante équatorienne, elle est en France depuis 5 ans en thèse.

Ils nous racontent dans cet épisode de Rhizome, comment ils ont appris le français tardivement dans leurs universités  et nous livrent les difficultés rencontrées pour parler et comprendre la langue au début, le mal du pays… S’accoutumer peut prendre du temps pour se sentir intégré. Pour ne plus avoir l’air étranger, il faut maîtriser parfaitement la langue.

De la linguistique à l’acceptation de l’accent étranger par les français, cela soulève en filigrane la question de l’assimilationisme et du purisme de la langue française, élitiste et dans la continuité de l’Académie française (avec une majuscule bien sur) et l’exception française qui imposent une norme méprisant les différences et les accents.

Extrait musique

« La ingratitud » de Carlota Jaramillo

« Ponta de Lança » de Rincon Sapiência

 

 

Pour aller plus loin

L’intégration VS l’assimilation selon Didier Daenincks dans un article paru sur Télérama en 2015

Une article universitaire sur la nature assimilationniste de la France sur The conversation de 2015

Une réflexion sur la « normalisation » de la langue française et la disparition des accents régionaux.

Un podcast réalisé par Malika Ung de dire-son